Pitet-Curnonsky. Paris 17

Petits palais

NP2F architectes / OFFICE Kersten Geers David Van Severen / Bureau Bas Smets (paysage)
Redman Promotion / Phup, stratégie opérationnelle

« Réinventer Paris » est l’opportunité d’innover, d’offrir des solutions spécifiques à chaque territoire, sans a priori programmatique ni implantation contrainte, sans recette préétablie.
Il s’agit de réinventer la relation de l’habitant à la ville, à l’environnement bâti. Pour cela, il est nécessaire de travailler toutes les échelles, c’est-à-dire repenser un bâtiment du seuil à son enveloppe. Notre proposition vise à « réinventer Paris » jusque dans ces moindres détails, car c’est là que se trouvent, pour nous, le véritable défi du projet et la clé d’une telle conception.
Réinventer la ville veut dire que Paris, demain, ne doit pas être une fiction ; cela correspond à la mise en place d’actions claires, directes et financées.
Le site est un parfait exemple de la politique de « l’architecture urbaine » de grands ensembles, avec ses caractéristiques très spécifiques : des immeubles solitaires placés au centre des parcelles, en retrait de la rue et de la ville, mais aux qualités évidentes – vues dégagées, végétalisation globale de l’îlot, simplicité d’accès. Les palais ici proposés sont soigneusement positionnés pour réorganiser les espaces vacants et redéfinir les différentes limites avec la ville et l’espace public. Les vides ainsi créés forment des antichambres volontairement définies, qualifiées de manière précise afin de leur assurer une pérennité d’usage.
Utilisant le sport comme fil conducteur (playground, patinodrome, équipement golf-squash-fitness), le projet cherche à mettre en lumière les faiblesses du contexte pour en faire des forces. Les espaces à la fois urbains et collectifs introduisent un nouvel usage dans un quartier jusqu’alors indéfini.
Les petits palais, eux, sont compacts (ni trop grands, ni trop hauts) et favorisent la mise en œuvre d’un système constructif répétitif, idéal dans le cas d’une construction en bois massif. Ainsi, l’invention du bâtiment réside non dans une accumulation technologique, mais dans la simplicité d’un plan de logement radicalement repensé. Les bâtiments se mettent à nu et offrent une solution « écologique » sans artifices.