Ordener. Paris 18

Passage Ordener / Théâtre végétal

Chartier Dalix architectes
Rivp, Moa, investisseur et bailleur

Le projet vise à réinsérer la biodiversité en milieu urbain et définit un nouvel outil de mesure, le Coefficient d’occupation de la biodiversité (COB) : rapport entre la surface végétalisée (mur, toit, jardin…) et la surface de la parcelle. Pour le « Passage 183 », l’équipe propose de créer une surface végétalisée égale à celle du terrain, qui accueille néanmoins vingt et un logements sociaux, sept ateliers d’artistes et une crèche de quarante berceaux. À cette fin, elle décline trois séquences comme autant d’écosystèmes accompagnant le projet bâti. Passé le porche monumental du bâtiment sur rue (huit étages), la première s’inscrit dans la circulation verticale commune avec un second plot plus modeste. Elle se présente ainsi telle une forêt suspendue développée sur une structure autonome et respectant les jours de souffrance du mur mitoyen du 183, rue Ordener. La deuxième s’enracine dans la pleine terre de l’espace central de la halle, dont la périphérie est bâtie. Les toits et les murs des petites maisons sont envahis de verdure, les cheminements ponctués de passerelles et d’escaliers favorisent les relations entre voisins. La troisième, qui révèle une nature domestiquée, constitue l’espace central de la crèche, autour duquel sont organisées les salles d’activités des enfants. Les besoins en eau sont couverts par le ruissellement naturel de l’architecture en terrasse et la réutilisation des eaux de pluie. La crèche est éclairée grâce aux panneaux solaires transparents posés sur la verrière. Par ailleurs, l’équipe propose des synergies entre cet écosystème et les structures du quartier : bibliothèque, maison de retraite, école maternelle…