Triangle Évangile. Paris 19

Coopérative Éole Évangile

NeM - Niney et Marca Architectes, mandataires / Mars architectes / R Architecture et Paysage / Elias Guenoun Architecture / Boris Bouchet Architectes / Atelierpng Architecture / Studio 1984, architectes / Boidot Robin Architectes / Studiolada, architecte / Boris Noleau Architectures / Loïc Picquet Architecte / Atelier Alterne Paysagistes / Bassinet Turquin Paysage / Sensomoto, paysagiste
Effidis - Groupe SNI / La Nef, banque coopérative / Triodos, banque / Crédit Coopératif / Fédération des entreprises d'insertion / Ademe / Fondation de France / Caisse des Dépôts / Fondation Bettencourt Schueller / Fondation Gdf Suez

Porté par un collectif d’architectes rassemblant des lauréats de la promotion 2014 des Albums des jeunes architectes et paysagistes, le projet vise à créer le plus grand programme coopératif de France. Il se déploie sur 30000 m², répartis en trois coopératives pour les habitants (85%), les artisans (6%) et l’activité (9%), elles-mêmes réunies en société coopérative de construction pour la conception et la réalisation du projet. Quatre catégories d’espaces sont définies : les espaces publics (gestion, financement et entretien Ville de Paris) ; les espaces collectifs comprenant bibliothèque, buanderie, salle de jeu multigénérationnelle, épicerie-bar, cuisine extérieure (gestion et financement par les habitants de l’immeuble) ; les espaces collectifs spécialisés, ponctuellement ouverts à la location, notamment un équipement sportif, un équipement culturel, des ateliers, des chambres d’amis, une salle de réunion-réception, un parking, des potagers (gestion et financement par les habitants de l’immeuble) ; enfin les espaces exclusifs, comprenant logements, sociaux et autres, commerces et bureaux, ateliers d’artisanat, équipement petite enfance (gestion par trois coopératives distinctes : logement, commerce-bureau, activités artisanales). L’ensemble construit selon un maillage orthogonal régulier bénéficie d’une structure en bois modulaire qui permet de faire évoluer les typologies et usages. L’ambition est également de tendre vers une autosuffisance alimentaire, grâce aux cultures familiales et professionnelles développées en toiture. Enfin, l’équipe souhaite maîtriser les prix de sortie en supprimant la marge promoteur et favoriser la propriété collective par les « coopérants », sous forme de parts.