Edison. Paris 13

35 petits logements et leur serre écologique

Baudoin Bergeron Architectes (Laurence Baudoin, Hélène Bergeron, Nicolas André, Vincent Voydie) / Comptoir des Projets, paysagiste
Rivp, bailleur

Petit logement deviendra grand…
Modularité. Les trente-cinq petits logements sociaux (studios et T2) ont été conçus pour les jeunes, dont les besoins se modifient au fil des ans. Étudiants, puis jeunes actifs, en couple, avec enfant(s)… comment s’adapter à chaque étape de leur vie qui évolue à grande vitesse ? En créant des logements qui se modulent et se transforment à leur rythme. Un studio et un T2 jumelés, par exemple, deviennent facilement un T3 pour redevenir studio et T2 plus tard. Les résidents peuvent donc s’installer confortablement, en attendant d’intégrer un nouveau logement familial.
Mixité. Mieux encore qu’un ensemble de logements, le programme propose également d’autres aménagements qui en font un véritable lieu de vie et de convivialité. Ainsi, les résidents – comme les riverains – peuvent profiter d’un espace de coworking et d’un commerce de proximité au rez-de-chaussée. Sans oublier le jardin partagé sur le toit, petit coin de nature offert à chacun pour cultiver fruits et légumes.
En vert et pour tous
Écologie. Outre le jardin central faisant le lien entre les deux ailes de logements en vis-à-vis, les résidents profitent d’une grande serre bioclimatique coiffant l’ensemble du projet. Cet îlot de verdure ne se contente pas d’être agréable à l’œil ! Il illustre aussi les possibilités infinies qu’offrent les innovations vertes. Véritable « tampon thermique », la serre créé un microclimat et apporte ainsi un confort de vie maximum, été comme hiver. Elle produit de l’énergie, chauffe ou rafraîchit les logements, récupère l’eau pour abreuver les fruits et légumes du potager…
Résultat : le bâtiment produit plus qu’il ne consomme !
Convivialité. Sous la serre, la vie collective s’organise. Escaliers, ascenseur et coursives sont ouverts sur le jardin et reliés à la serre – pour tous.
Ouvert sur la ville
Intégration. Le bâtiment n’a rien à cacher, et les matériaux privilégient la transparence et la lumière. À travers les vitrages de la serre, les piétons peuvent apercevoir le « cœur vert » du projet. Ses façades striées de métal blanc et de miroirs reflètent la rue et y apportent une belle luminosité. À l’arrière, les surfaces blanches sont remplacées par des façades végétalisées, prolongeant le jardin en terrasse du conservatoire.
Un panorama agréable et apaisant pour les résidents de l’immeuble en vis-à-vis.