Buzenval. Paris 20

Objectif 5000

Jean-Baptiste Lacoudre Architectures
Fondation Architectes de l'Urgence / Amundi, asset management / Crédit Agricole

À Paris, la situation est connue : trop peu de logements neufs sont produits chaque année. Or, aujourd’hui encore, les programmes de logements sont souvent construits sur des schémas familiaux ne correspondant pas aux situations réellement vécues par ceux qui les habitent.
Pourquoi réinventer Paris ? Pour faire la démonstration que les immeubles d’habitation peuvent être des objets urbains dont la valeur n’est pas uniquement domestique. « Objectif 5000 » est un projet d’habitat ressource, qui, non seulement augmente la valeur d’usage domestique en s’adaptant aux modifications des modes d’occupation de ceux qui y vivent, mais génère d’autres registres de valeurs : sociale, agricole, pédagogique, symbolique.
À la manière d’un arbre, le bâtiment puise ses ressources en cime et en racine. Des caves jusqu’au toit, le projet offre des usages complémentaires et collectifs.
Les appartements répondent à des principes spatiaux favorisant leur adaptation : ils sont ainsi conçus de telle sorte qu’aucune chambre n’est mitoyenne d’une autre, facilitant les situations de cohabitation, de sous-location, l’accueil d’un enfant ou d’un proche en difficulté, ou la nécessité de transformer une chambre en bureau lors du passage à l’autoentreprise ou au télétravail.
Reconnue d’utilité publique, la Fondation Architectes de l’urgence crée, en France, une Foncière sociale dédiée au logement accessible à tous. Dans le cadre de son lancement, FAU propose, sur le site Buzenval, de monter une SCI (société civile immobilière) à laquelle seront associés des Parisiens avec qui le projet sera co-conçu et développé dans toutes ses dimensions. Ce montage permet un prix de sortie accessible moyen de 5 000 €/m² et une valorisation foncière à niveau.
« Objectif 5000 » est un projet-prototype conciliant, lieu de production et lieu d’habitation, incluant une démocratie participative réelle – de la conception à l’administration des espaces collectifs – et qui permet à un public mixte de partager l’usage, mais aussi la propriété de biens et d’espaces.
« OBJECTIF 5000 » RÉINVENTE LA COPROPRIÉTÉ.