Bessières. Paris 17

NOC42

AR architectures / Christian Delécluse, artiste et architecte
NJJ Immobilier, bailleur / 42, utilisateur

« 42» propose un enseignement alternatif dans le domaine de la programmation informatique, accessible gratuitement et sans diplôme. Sa pédagogie, construite sur des rythmes adaptés à chaque profil d’étudiant, autorise une voie de réussite aux talents qui n’ont pas pu émerger dans les voies classiques de l’enseignement.
Toutefois, malgré le succès pédagogique de « 42 », de nombreux élèves admis ont renoncé à leur admission, faute d’avoir les moyens de vivre à Paris. Être gratuit est encore trop cher.
Le projet « NOC.42 » souhaite remédier à cette situation en proposant aux étudiants de « 42 » une solution d’hébergement bon marché. « Réinventer » le dortoir pour offrir aux étudiants des espaces de sommeil totalement adaptés à leur mode de vie et d’un grand confort, malgré la forte densité nécessaire à la réduction des coûts.
Offrir la première marche
Cette action éducative et sociale s’accompagne de l’accueil d’une épicerie associative au sein du projet, qui permet aux étudiants et aux riverains en difficulté de se nourrir à bas coût. Ce lieu, ouvert sur la ville, est emblématique d’une volonté de repenser les rapports entre « 42 » et le reste du quartier.
Réinventer le campus : cristalliser les synergies entre « 42 » et les besoins du quartier
« NOC.42 » s’articule à l’édifice existant et invite le reste du quartier Épinettes-Bessières dans l’école, afin de « faire campus » avec la ville de Paris. Ainsi, les toitures des deux bâtiments sont aménagées en jardins partagés connectés. Elles accueillent des potagers destinés aux habitants du quartier, un projet artistique et un laboratoire pédagogique d’agriculture urbaine, qui visent à interroger le rapport entre urbanité et nature.
Le campus offre également des espaces au rez-de-chaussée et au sous-sol, partagés entre les étudiants de « 42 » et les associations du quartier, qui agissent comme les interfaces physiques de la rencontre du projet avec son environnement. Ces espaces, non figés dans une programmation spécifique, sont néanmoins qualifiés par leurs situations, leurs proportions et leurs ambiances.
Une plateforme virtuelle permet aux étudiants de « 42 » et aux autres habitants du quartier de partager des connaissances et d’échanger des services autour du numérique. Le bâtiment physique se voit ainsi « augmenté » d’une architecture virtuelle au service du projet.