Gare Masséna. Paris 13

Habiter la terre, "de Paris"

Joly & Loiret, Agence d'architecture
Consortium Urbem-Triptyque (Ilion Partners + Grupo Moura + Gamaro), Moa / Vinci immobilier, promoteur / Sinny&Ooko, La Maison Kangourou, opérateurs

RÉINVENTER PARIS, TERRE À BÂTIR & TERRE À NOURRIR
« Le Grand Paris face à une montagne de déblais », le journal Le Monde du 22 mars 2013 révélait que le secteur du BTP produit chaque année, à Paris et en Ile-de-France, 32 millions de tonnes de déchets (dont une majorité de terre) auxquels s’ajouteront bientôt 30 à 60 millions de tonnes de terre, liées à la construction du réseau du « Grand Paris Express ». L’analyse de cette « terre de Paris » par notre partenaire, le laboratoire CRATerre de l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble, cautionne la faisabilité de son emploi pour la construction d’édifices. La réutilisation de la terre de déblais du Grand Paris apparaît ainsi comme une application phare et novatrice, capable d’assurer la matérialisation des grands principes de l’écologie environnementale visant une réduction drastique des consommations énergétiques et des pollutions de l’air, de l’eau et du sol par le secteur du bâtiment.
Il est nécessaire aussi de rappeler que tout « gisement de terre » a toujours offert deux potentialités complémentaires : l’une à « vocation alimentaire », que nous pourrions nommer « la terre féconde », tirant parti uniquement de la couche supérieure du sol, de valeur organique ; l’autre à « vocation architecturale », « la terre à bâtir », n’utilisant que les couches inférieures du sol, impropres au moindre usage agricole. De la « terre féconde », nous proposons le concept de « terre à nourrir », en installant dans l’ancienne gare Masséna un marché couvert coopératif qui vend, à des prix accessibles, les produits régionaux issus de la terre agricole du Grand Paris. Un marché vertical couvert mais ouvert, un lieu public, social et solidaire offrant des espaces de réunion associatifs, un bistrot-restaurant et, sur le toit de la gare, une terrasse panoramique au sein d’une serre potagère à vocation pédagogique et support de biodiversité. Un marché d’agricultures faisant la liaison entre le quartier haut et le quartier bas du site de la gare. De la « terre à bâtir », nous prélevons une ressource constituant – aussi bien à l’échelle mondiale qu’en France – le plus abondant, le moins cher et parmi les plus écologiques des matériaux de construction naturels ou biosourcés. De cette terre réincarnée, nous faisons enfin un signal dressé au sud de Paris, un totem tellurique, un symbole fort de renouveau pour l’attractivité et le rayonnement de la capitale.